Les collections

L'appareil circulatoire

Cœur de Porc - Fragonard (1766 - 1772)

Le coeur est un organe cavitaire. Sa dessication entraine l’affaissement des ventricules et des oreillettes ; il devient méconnaissable. Avant de le préparer, Fragonard l’a empli de millet jusqu’à le distendre, puis il l’a fait sécher. Les grains de millet sont encore visibles, collés aux parois des oreillettes. Le coeur a ensuite été enduit de cire colorée en respectant le code suivant : rouge pour le sang partant du coeur (aorte, veines coronaires, veines pulmonaires) et bleu pour le sang y arrivant (veines pulmonaires, veines caves).

Angiologie et neurologie du membre pelvien du Cheval - Eugène Petitcolin (1899)

Ce moulage est très volumineux (1m10 de haut). Il représente la face interne du bassin, de la cuisse et de la jambe d'un cheval. Les muscles ont été disséqués ainsi que les artères et les nerfs. Ce moulage, grandeur nature, aurait été trop lourd s'il avait été fait entièrement en plâtre. Petitcolin l'a allégé en mélangeant de la filasse et de l'étoupe au plâtre pour lui donner plus de volume et en laissant l'intérieur de l'organe vide. L'ensemble ne pèse que quelques kilogrammes.
000Le code des couleurs utilisé est celui que Fragonard pratiquait déjà au XVIIIe siècle (artères en rouge, nerfs en blanc ...).

Cœur de porc - Petitcolin (1899)

Coeur de porc, par Eugène Petitcolin

Ce moulage représente la face droite, dite atriale, du coeur d'un porc Ce moulage est spectaculaire par la qualité de la reconstitution des gros vaisseux de la base du coeur. Cet organe n'est pas difficile à mouler; par contre, les vaisseaux qui s'en échappent étant normalement emplis de sang, ils perdent tout volume après la dissection. Deux solutions s'offrent au préparateur : injecter ces vaisseaux avec du plâtre ou de la cire pour leur conserver leur volume ou, et c'est ce qui a été fait ici, recréer de toute pièce ces vaisseaux sous la forme de tubes. Cette seconde solution est plus esthétique mais implique un travail complexe de reconstitution par modelage.
Les 2 techniques de travail du plâtre, moulage et modelage, sont utilisées pour cette oeuvre.

Coeur de Bovin - Eugène Petitcolin

Coeur de bovin, par Eugène Petitcolin

Il s'agit d'un moulage en plâtre d'un coeur de bovin. Petitcolin a montré ici la face droite du coeur, dit atriale car elle montre les atriums dans lequels s'abouchent les gros troncs veineux se rendant au coeur droit (veine cave caudale, veine cave crâniale et veine azygos).

Modèle de cœur de Mammifère - Eugène Petitcolin (1899)

Modèle de coeur de mammifère

Ce modèle anatomique figure l'agrandissement d'un coeur de mammifère. Sa hauteur est de 60 cm. L'ensemble est formé de plusieurs pièces de plâtre coloré, réunies ensemble pour illustrer la conformation intérieure du coeur.
Il s'agit d'un travail de modelage que Petitcolin a effectué à la fin du XIXe siècle.

Moulage de l'ensemble cœur/poumons du Boeuf - Eugène Petitcolin (1899)

Bloc coeur/poumons de bovin - Eugène Petitcolin

Ce moulage en plâtre a été réalisé en 1909 par Petitcolin. Il montre la face gauche (auriculaire) du coeur d'un bovin, associé aux poumons, à la trachée et à l'oesophage. L'ensemble repose sur la face latérale du poumon droit et le poumon gauche a été relevé pour montrer les organes médiastinaux.
Ceci permet notamment de voir le départ du tronc pulmonaire (en bleu) qui fournit les artères pulmonaires ainsi que les rapports entre trachée, oesophage et gros vaisseaux de l'entrée de la poitrine.