Les anomalies sont fréquentes et pas toujours visibles à la naissance. Elles constituent une déviation du type, souvent sans menace pour la vie de l'individu.

Crâne d’hydrocéphale

Crâne d'hydrocéphale

Cette anomalie est caractérisée par la déformation de la boîte crânienne dont le volume s’accroît sous l’effet de l’accumulation de liquide cérébro-spinal. Ce liquide, qui baigne le système nerveux central (encéphale et moelle épinière), est produit au niveau de l’encéphale. Il circule dans la colonne vertébrale avant d’être résorbé. Parfois, comme chez ce poulain, le liquide ne circule plus et s’accumule dans la boîte crânienne, comprimant le cerveau et dilatant les os qui l’abritent.

Veau achondroplasique ("veau mopse", "veau bouledogue")

Veau mopse

Ce veau est atteint de nanisme dysharmonieux. Cette anomalie, rare chez les ongulés, résulte d'un défaut de croissance des cartilages des membres et du visage ; la face apparaît écrasée, les membres sont courts et plus ou moins tordus. Ces veaux achondroplasiques sont peu fréquents ; on parle de veaux bouledogues ou de veaux mopses.

Le jumard

Crâne de jumard

Les monstruosités furent relativement peu étudiées au début des Ecoles Vétérinaires, mais il est une exception qui suscita une longue polémique: le jumard (ou jumart, ou joumart)..

Cet animal, censé être issu de l’accouplement d’un bovin et d’un équin, fut abondamment décrit par Bourgelat qui usa de toute son aura pour faire accepter l’idée du croisement inter-espèce. Il en fit une description précise dans une correspondance qu’il entretint avec le naturaliste Charles Bonnet ; cette jumart (ou jumarre) était très forte . Son front, son mufle et sa mâchoire inférieure étaient ceux d’une vache, mais la denture et la matrice celles d’une jument. Fait marquant, l’animal ne possédait pas de vésicule biliaire. Autre part, Bourgelat affirmait avoir produit un jumard en mettant un étalon navarrain avec une vache. Il ne vécut que quatre mois et était plus proche de la mère que du père. Le créateur des Ecoles Vétérinaires signalait que plusieurs cas avaient été présentés à l’Ecole de Lyon et que le Dauphiné était certainement une région particulièrement propice à leur génération.

Polydactylie chez le cheval

Polydactylie chez le cheval

Ce Cheval présente 2 sabots à l'extrémité de son membre antérieur. Ce cas est exceptionnel par l'importance de développement du sabot supplémentaire qui devait être ferré pour que l'animal puisse travailler.
Cette anomalie n'est pas rare. Elle est facilement traitée chirurgicalement par ablation du sabot surnuméraire.