Les collections

Les écorchés

Le cavalier et sa monture sont les seuls écorchés dont on sache de façon certaine qu'ils sont la main de Fragonard.

Le cavalier, une oeuvre emblématique

Le cavalier et sa monture

Cette pièce exceptionnelle est le plus volumineux des écorchés de Fragonard. Elle représente un homme et un cheval disséqués, chevauchant dans l’éternité.
Des inventaires révèlent que Fragonard avait réalisé d’autres préparations de chevaux portant des cavaliers mais celui-ci est le seul qui nous soit parvenu. Ce cavalier tenait autrefois dans sa main droite des rênes de velours bleu qui passaient entre les machoires du cheval, tandis que sa main gauche tenait un fouet. L’aspect macabre de la scène était renforcé par de petits fœtus humains montés sur des moutons ou des fœtus de chevaux, formant autour du « Cavalier » une petite armée.

La légende de la fiancée de Fragonard

La légende raconte que le cavalier était la fille d’un épicier d’Alfort dont Fragonard était tombé amoureux. Cette fable est contemporaine de Fragonard et est lié à un drame local qui aurait affecté l'anatomiste. Il aurait été amoureux de la file d'un épicier du hameau d'Alfort Elle décéda et son corps du être exhumé, ceci quelques jours avant que le cavalier ne truve place dans le Cabinet du roi.

L’examen attentif de la pièce révèle cependant un reste de pénis ligaturé qui ne laisse aucun doute sur le sexe du cavalier. Et il eut été impossible à Fragonard de préparer un tel écorché en quelques jours.