Les collections

les crânes colorés

Le musée renferme une collection de têtes osseuses datant du XIXème siècle ; elles ont été peintes volontairement avec un code de couleur précis, destiné à mettre en évidence les différents os, très intimement unis par des articulations rigides. Cette technique de coloration permet ainsi de visualiser l’évolution de la forme, de la taille, la position spatiale des pièces constitutives du crâne d’une espèce à l’autre. Par exemple, chez l’hippopotame, l’os frontal est considérablement réduit par rapport au buffle. Au contraire, les os maxillaires qui soutiennent des mâchoires, sont très développés.

La tête d'hippopotame

Crâne d'hippopotame

L'hippopotame a un crâne très volumineux. Vous pouvez remarquer l'importance de ses mandibules (mâchoires inférieures), de ses os maxillaires (en gris) et de ses os incisifs (en bordeaux) qui supportent de très volumineuses dents. Les hippopotames, en se mordant, s'infligent de profondes blessures lorsqu'ils se battent.

La tête de buffle

Crâne de buffle

La tête osseuse du buffle est peu éloignée de celle de la vache. Ce ruminant a de fortes cornes et affronte ses congénères dans de furieuses joutes où les chocs sont violents. Comme chez la vache, ce sont les os frontaux, ici représentés en violet, qui forment les chevilles osseuses des cornes. Chez les bovidés, la corne est donc un manchon de corne formé autour d'une expansion osseuse, contrairement aux cervidés (cerf, chevreuil ...) chez lesquels les cornes sont dépourvues de support osseux et tombent chaque année.